RETOUR

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
     
 

Sauf autorisation de la Direction de Publication ou partenariat pré-établi, toute reprise des articles de Jipsports, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 
     
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REALISATION
 

René José SAGBO

sagborene@gmail.com

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

ARCHIVES :   1   2  

 

 

 

Depuis le 17 mars 2020, les compétitions sportives, toutes disciplines confondues sont à l'arrêt au Bénin tout comme dans tous les pays de la planète. Et du coté des reporters et journalistes sportifs, ce n'est pas le gros sourire et l'on s'interroge sur "Comment les journalistes sportifs béninois vivent-ils cette situation de pandémie de Coronavirus ?"
Pour en savoir plus, la rédaction du Site Jipsportsbenin.com, premier Site des Sports béninois leur a tendu le micro. Lisez-plutôt !!!

 
 

Maurille GNASSOUNOU

Journaliste sportif et Directeur Régional Borgou/Alibori

du quotidien "LA NATION" 

 
 

 

 

« L'avènement de la pandémie du coronavirus a mis en confinement le sport et tous ses acteurs. Que sommes-nous, nous autres journalistes sportifs, en l'absence d'évènements sportifs?
Rien, à moins d'inventer les informations sportives. Conséquences, ce sont les pages sportives des journaux, qu'ils soient de la presse écrite ou de l'audiovisuelle qui souffrent énormément, obligeant leurs animateurs à se soumettre à des exercices difficiles. Même RFI, n'a pas eu le choix. Que dire de Canal +, avec la suspension des championnats majeurs. Voila donc qui prouve l'importance du sport, surtout du football.
»

 

 

 

René SOGLO

Journaliste sportif à la Radio Fraternité FM  de Parakou

 
 

 

 

« Aujourd'hui à Parakou, troisième ville à statut particulier du Bénin comme dans le reste du Bénin, le sport est à l'arrêt. Le stade départemental a fermé. Les activités sportives ne se déroulent plus. Ceci pour respecter les mesures du gouvernement, celles prises par certains responsables de fédération pour éviter la propagation du Coronavirus. Le championnat est à l'arrêt, les clubs ne s'entraînent plus. Aujourd'hui cette situation impacte considérablement nos programmes. Il est difficile de continuer les grandes émissions sportives qui sont suspendues pour le moment. On se contente d'avoir des pages sports qui sont meublées difficilement. Tout tourne autour du confinement des joueurs, des aides que les internationaux apportent à leur pays pour faire face à cette crise et surtout à quand cette reprise du football ? Et bien les spéculations vont bon train et on attend toujours.»

 

 

 

Hamadou ISSA

Reporter sportif à Atlantic FM 92.2 MHZ

 
 

 

 

« Merci pour l'intérêt que vous portez à notre média pour le sujet susmentionné. Pour ce qui concerne la radio "ATLANTIC FM" qui est l'une des Radios de l'ORTB, elle fait partie des rares radios de la place à conserver toutes ses différentes tranches d'émission par semaine en dépit de la crise sanitaire, à l'exception de celle consacrée aux prestations de nos Écureuils en club (mardi) . Mieux, la Radio a même crée une nouvelle émission "Grandes figures de sports" pendant cette période de sécheresse de l'information. Elle constitue une riposte face à la rareté d'information mais aussi pour donner une autre couleur à nos émissions sportives. Donc, c'est une dynamique. Je précise qu'au nombre de ses émissions, il y a le jeu radiophonique ''Super Crack '' avec des questions exclusivement relevant du domaine du sport et qui tient lieu d'une tranche très prisée par nos auditeurs. C'est aussi une émission qui permet aux Béninois actuellement en congés forcés de pouvoir jouer, se divertir afin de briser le stress par ces temps de confinement volontaire et de morosité. Mais en vérité, c'est très difficile de boucler une émission par ses temps aussi bien pour les pages nationale, africaine qu'internationale. Mais à "ATLANTIC FM", nous refusons de dire que l'information sportive manque mais elle est plutôt rare. L'une des formules qui nous permet de nous en sortir ce sont les dossiers que nous initions notamment dans ''Week-end'' les samedis. Mais cela nécessite deux fois plus de préparation et de recherches. Pour une émission de deux heures, imaginez toutes les difficultés que nous éprouvons. Et toutes les autres ont duré d'une heure théoriquement. L'autre atout qui nous aide énormément, c'est la disponibilité de nos consultants qui ne se font pas prier pour être aux différents rendez-vous. Je saisis d'ailleurs cette occasion pour leur dire infiniment merci. Je pense qu'avec leur concours et grâce à Dieu, nous allons toujours à tenir nos rendrez-vous pour le bonheur de nos auditeurs. A toutes fins utiles, je précise que nos émissions se tiennent lundi, mardi et mercredi de 16h à 17h. Le vendredi de 12h à 13h et le samedi de 9h30 à 12h. Encore merci à toutes et à tous»

 

 

 

Wahabou ISSIFOU

Journaliste sportif rédacteur en chef du quotidien Daabaaru.

 
 

 

 

« Je crois que la pandémie du Covid-19 est venue bouleverser toutes les habitudes et toutes les activités sportives sont vraiment au ralenti. Toutes les activités sont affectées. Cette pandémie a changé toutes les habitudes. A la rédaction sportive de mon quotidien, la nature des reportages a vraiment changé. Il n'y a plus de compétition, il n'y a plus de sujet de terrain. Ce que nous faisons en ce moment tourne autour de la pandémie, parce que les acteurs, ceux qui sont toujours à l'oeuvre, que ça soit les dirigeants, les joueurs, les staffs et autres sont au repos et ne savent pas à quel sein se vouer puisque c'est une période, jamais vécue, une période qui est considérée comme une petite prison ou vraiment on est obligé de rester chez soi pour ne pas avoir de souci.
Mais en ce moment ce que nous faisons pour remonter le moral aux amoureux du sport, c'est prendre les impressions de ces acteurs sportifs sur comment ils gèrent cette période que ça soit au niveau national et international. Ainsi, en fonction des contacts que nous avons, nous essayons d'avoir des informations auprès d'eux, pour permettre aux amoureux sportifs de savoir ce que font les acteurs et entre autres, nous essayons de chercher à travers les personnes ressources, les personnes bien averties des sujets qui pourront intéresser les acteurs, parce que l'acteur sportif est toujours en activité, mais en étant à la maison, il ne sait pas trop quoi faire et est obligé de prendre de poids, de grossir, d'être ennuyé. On cherche des spécialistes pour donner des conseils à ces acteurs sportifs, comment garder sa journée comment maintenir la forme puisqu'on le souhaite vivement un jour, les compétitions vont reprendre. Et il faudrait que ces sportifs soient en forme. Parce qu'au moment où les compétitions sont arrêtées, il y a d'autres qui n'étaient pas sur les listes, qui n'étaient pas compétitifs. C'est le moment pour eux de se préparer, d'essayer de guérir, de se remettre en forme pour être au top à la reprise. Les articles sportifs ont beaucoup diminué. On prend d'autres moyens et il n'y a plus de contact physique, tout se fait au téléphone par mail ou par les réseaux sociaux. Ce n'est pas toujours facile d'avoir les personnes ressources, en plus les sportifs également sont dans une situation financière pas trop bonne. Ce qui fait qu'ils ne sont pas trop motivés à se prononcer sur certains sujets. Nous souhaitons vivement que cette période passe rapidement pour que les choses reprennent comme d'habitude. Enfin, que chacun à son niveau respecte les mesures barrières afin que nous puissions vraiment combattre cette pandémie, qui a déjà fait beaucoup de ravage.
Nous ne souhaitons pas arriver à l'extrême parce que en tant que journalistes sportifs, la ferveur et l'ambiance des terrains nous manquent beaucoup; les compétitions, tout ce qui entoure notre passion également. Les desks sports et des relations ont pris un coup. Nous prions vivement que cette situation passe aussi rapidement possible et que les choses reprennent.
»

 

 

 

KELANI Aliou Adissa

Journaliste sportif à Radio Wêkê de Djêrêgbé (Porto-Novo)

 
 

 

 

« Je vous remercie pour l'attention que vous accordez à ma modeste personne et surtout sur le quotidien de notre métier de journaliste en cette période de pandémie du coronavirus.
La collecte des informations sportives pour un traitement efficace, avant la diffusion aux auditeurs et auditrices est pénible en ce moment, puisque le sport national et international est à l'arrêt. Dans un second temps nous avons continué à animer nos émissions sportives avec une actualité basée sur le Covid 19 au plan national et international.
Comment les fédérations sportives nationales gèrent elles le confinement qu'il s'agisse de l'administration, des acteurs et entraîneurs ? Nous avons déjà reçu la fédération de volley-ball et celle d'athlétisme. L'autre pan de nos émissions c'est la sensibilisation tous à azimut du port du masque par les sportifs qui, malgré tout font des exercices physiques ou de la pratique sportive.
De façon générale, c'est la suspension des activités. Le domaine sportif n'échappe pas au coronavirus et nous travaillons pour freiner la propagation du virus au plan national et en particulier chez les sportifs. Seulement qu'il faut reconnaître tous les entraîneurs sauf quelques uns ne se rendent disponibles pour des émissions quand bien même le téléphone est utilisé.
Nous essayons cependant de garder contact avec nos auditeurs, le monde sportif et d'autres médias afin de mieux partager actualité sportive.
En outre, il faut reconnaître qu'en cette période de pandémie, c'est le net, Facebook et autres qui sont prioritaires et si tu n'avais un carnet d'adresse des internationaux,j'avoue le travail est pénible.
Enfin, pour finir, la suspension des activités sportives m'impose une veille sportive puisque les activités vont bientôt reprendre et il faut donner l'alerte sur la programmation et la planification à venir.
»

 

 

 

Ikilirou GOUNOU

Journaliste Sportif à Radio Nationale (ORTB Parakou)

 
 

 

 

« Merci de nous donner la parole, nous journalistes sportifs, pour nous prononcer sur ce moment difficile que les rédactions sportives traversent. En effet depuis le conseil extraordinaire des ministres du 17 mars dernier au Bénin où le gouvernement a pris des mesures barrières pour contrer la pandémie du coronavirus, les activités sont dans la foulée mis à l'arrêt.
Toutes les enceintes sportives sont fermées sur l'ensemble du territoire national ceci pour empêcher les regroupements, terrains favorables de propagation du virus. La conséquence est que aussi toutes les fédérations ont arrêté leurs activités, ce qui est d'ailleurs le cas à l'international.
Le journalisme se nourrit d'informations c'est à dire des faits. Mais en cette période où tout est à l'arrêt, il est difficile pour les rédactions généraliste d'avoir de la matière encore moins les rédactions sportives. Étant donné qu'il a manque de compétitions, c'est le service minimum en terme d'informations sportives. À un moment donné de l'évolution de la crise certaines tranches sportives sont suspendues momentanément puisqu'il n'y a pas de la matière. Parfois certains sujets non périssable et déjà diffusés sont réchauffés. Bref les archives sont le recours de nos rédactions pour replonger les auditeurs et téléspectateurs dans le passé. Voilà ceux à quoi sommes confrontés dans nos différentes rédactions.
»

 

 

 

Bruno SOUALI

Journaliste Sportif à la Télévision Nationale (ORTB TV)

 
 

 

 

« Depuis la propagation du coronavirus et l'arrêt des activités sportives, le quotidien des journalistes de sport n'est plus le même. Tout est bouleversé du fait de l'annulation, de la suspension ou du report des événements sportifs, aussi bien au plan national qu'international. L'information sportive s'est amenuisée au fil du temps et malgré que cela rend difficile la tenue des émissions, à L'ORTB, nous n'avons rien changé de nos programmes sportifs. Seule chose, les contenus qui ont changés parce que, plutôt que de parler des événements sportifs, nous faisons vivre au public la vie des athlètes en ce temps de confinement. Nous initions aussi des reportages et des sujets liés à la médecine du sport, aux décisions des instances faîtière du football et autre disciplines et autre actualité pouvant susciter l'intérêt du téléspectateur. Nous essayons de faire de la Sensibilisation anti-coronavirus avec les messages des sportifs de renoms et nous faisons au cours de nos émissions une part à l'histoire avec des images rétro d'un match d'anthologie ou des temps forts d'une compétition du passé.
Dans ma vie professionnelle au plan individuel, je me mets passionnément avec mes collègues de la division des sports de la Télévision nationale à l'exercice de l'identification des archives sportives de l'ORTB chaque jour. Cela me permet en tant que jeune journaliste, de me cultiver davantage sur le sport national des années antérieures dont parle très peu aujourd'hui. J'ai aussi pas mal d'ouvrages sur le sports que je lis en ces temps de ralentissement des activités, pour améliorer mes connaissances du sport mondial de à savoir les J.O., les Can, les coupes du mondes etc. En bon sportif j'ai également un temps réparti à l'entretien de mon corps, avec de petites activités sportives tôt les matins.
»

 

 

 

Bienvenu KOMBIENOU

Journaliste, Chef desk sport de la radio

communautaire FM NONSINA de Bembéréké

 
 

 

 

« Face à cette pandémie qui met à mal aussi le monde du sport, nos émissions sportives, ces dernières semaines se résument aux actions des joueurs à l'endroit de leurs gouvernements ou en direction des populations dans le cadre de la prévention et/ou de la lutte contre le nouveau coronavirus.
Nous avons également commencé par faire lors de nos tranches sportives, la biographie de certains joueurs en activité comme Lionel Messi, Christiano Ronaldo, Killian M'Bapé, etc., sans oublier de retracer le palmarès de prestigieux clubs tels que le Réal de MAdrid, le FC Barcelone, le Bayern de Munich, etc.
Enfin, nous invitons, lors de notre magazine hebdomadaire des sports, un joueur de BBéké FC pour qu'il nous fasse part de la manière dont il gère cette période.
»

 

 

 

Blaise ADANKPO

Journaliste sportif à la Télévision Nationale (ORTB TV)

 
 

 

 

« En ces temps du Covid-19, je peux vous assurer qu'il est très difficile d'avoir des éléments pour meubler nos émissions sportives durant la semaine. Mais pour parler en détails de ce que nous faisons, je dirais que nous restons dans l'actualité.
Globalement, on demande aux sportifs de nous envoyer des messages pour sensibiliser la population béninoise aux respects des mesures gouvernementales, pour éviter la propagation du Coronavirus. Aussi dans l'ensemble, j'essaye de consacrer mon temps à chercher des images de matches historiques des pays africains à la coupe du monde. Certes, il n'y a pas d'activités sportives au Bénin, mais nous allons également chez les athlètes pour voir comment ils essayent de garder la forme.
En clair, on se débrouille beaucoup. Mais l'essentiel des éléments tournés en ces temps de Coronavirus sensibilisent les populations
.»

 

 

 

 Joarès Ali YAO

Reporter sportif à la radio Ouaké

 
 

 

 

« Les journalistes sportifs de la radio Ouaké vivent très mal cette situation du coronavirus ou les stades sont quasiment fermés. C’est vraiment déplorable parce que ici nous journalistes sportifs, nous étions habitués à animer des émissions et à retransmettre des matchs, sur les activités sportif de la commune. Tout récemment, bien avant la fermeture des stades, il y avait une compétition en cours, que nous étions obligés de suspendre. Nous vivons très mal cette pandémie parce que nous n'arrivons plus à exercer nos activités. Nous sommes obligés de nous reconvertir vers des reportages qui ne sont pas à caractère sportif. Mais néanmoins nous continuons à animer une émission qu'on appelle “ Mondial Infos sport”.
Au lieu de parler d'activités sportives, nous réalisons le portrait des joueurs (parcours, biobibliographie, etc. ), comme entraîneurs. Nous parlons également des clubs, des différentes rencontres disputées. Voilà en quelques sortes comment nous vivons la suspension des activités sportives à Ouaké. Ça fait vraiment mal, mais on n’a pas le choix. Pour contrer la maladie, il fallait coût au coût stopper les activités parce que, si le virus s'est vite propagé en Italie, c’est parce qu’il y avait des activités sportifs qui continuaient et le virus s'est vite répandu.
»

 

 

 

Arnaud ACAKPO

Journaliste / reporter sportif  à la Radio Capp FM  de Cotonou

 
 

 

 

« Cette histoire là est très embarrassante pour moi. Le coronavirus a littéralement changé nos habitudes. Chaque week-end était un moment de frisson quand il s'agissait d'aller au terrain. Car en temps que je travaillais je vivais ma passion. Vous imaginez alors ce qui se passe depuis que les activités sportives sont arrêtées.
Toutefois, je ne chôme pas. Je suis sur un média généraliste donc on couvre d'autres activités pour l'instant et les sujets sportifs sont consacrés aux portraits et informations sur les joueurs en confinement et comment ils font le maintien de forme.
Étant donné que toute chose concoure au bien de ceux qui aiment Dieu ma femme et ma fille ne se plaignent plus de mes absences à la maison les week-end (rire) car je passe beaucoup plus de temps en leur compagnie. Ça, c'est le bon côté de la situation imposée par le "BÉNINOIS" et j'en profite vraiment en rendant grâce à Dieu au nom de Jésus-Christ pour tout ce qu'il fait.
»

 

 

 

Alfred ADJOMAGBOSSOU

Journaliste / reporter sportif au journal

"l'Action Municipale" de Parakou

 
 

 

 

 « Le monde entier est frappé par la pandémie du COVID-19. Les activités quotidiennes et surtout sportives sont aux arrêts. Les rédactions sportives programment leurs émissions autour des différents championnats et l'échos des joueurs. Mais avec cette crise, tout est à l'arrêt.
De notre côté, plus d'émissions, on se contente juste des échos de la gestion du confinement des joueurs, la situation financière des clubs et des informations pêle-mêle que nous recevons sur le mercato européen. Je dirai qu'en général, c'est le silence radio sur les plateaux d'émission. Sur le site de quelques organes qui continuent de faire des efforts, l'information est toujours orientée vers le COVID-19.
Donc c'est une situation à laquelle personne ne s'attendait et on ne peut faire autrement que de respecter les gestes-barrières et prier Dieu afin qu'un jour les choses puissent rentrer dans l'ordre.
»

 

 

 

Alaza MOUMOUNI

Reporter sportif à la Radio Solidarité Fm  de Djougou

 
 

 

 

« La pandémie due au coronavirus bouleverse le monde, et elle a stoppé toutes les activités sportives. Vraiment ça fait mal pour nous les reporters sportifs qui n'arriveront plus à exercer notre métier. En effet ça fait plusieurs mois que le monde entier est touché par cette pandémie covid-19, le coronavirus comme on l'appelle cette maladie, qui a mis le monde entier au ralenti.
Aujourd'hui nous prions Allah pour que cette pandémie quitte le monde afin que nous puissions continuer par vivre normalement.

Qu'Allah nous éloigne de cette pandémie.
Amen.
»

 

 

 

Deo-Grathias Jolidon OUSSOUKPEVI

Journaliste au quotidien "Le Challenge" (Ouémé/Plateau)

 
 

 

 

 « Depuis quelques semaines, toutes les compétitions sportives au Bénin et à l'international sont suspendues à cause de la pandémie du Coronavirus qui décime le monde entier. Cette suspension des compétitions sportives devient très dur, non seulement pour les journalistes béninois mais surtout pour les reporters sportifs béninois. Ils n'ont plus accès aux stades. Ces stades et lieux ludiques qui abritaient au moins trois fois dans la semaine, les jeux collectifs et individuels sont quasiment fermés sur toute l'étendue du territoire national. La décision est prise par le Gouvernement du Président Patrice Talon afin de lutter contre la propagation du Covid-19. Pareil à l'international, tout est aux arrêts. Pas de reportages, pas de championnats, tous à la maison, les reporters sportifs sont désœuvrés. Les abonnements souscrits chez Canal+ ne servent plus à rien que les feuilletons. Les rediffusions des anciens matchs à longueur de journée et sur des jours sur les chaînes sportives. Ce qui devient ennuyeux pour les reporters sportifs jusqu'au point où l'on se demande : à quand la fin de cette pandémie du Coronavirus et le retour dans les stades ? »

 

 

 

Martial AGOLI-AGBO

Directeur régional Ouémé/Plateau

du groupe de presse "Le Matinal"

 
 

 

 

« Le sport est une activité pourvoyeuse de valeurs d’inclusion et de lien social, indispensables à la cohésion des sociétés. Pratiquer un sport, c’est apprendre l'humilité, le respect, le dépassement de soi, l’effort et la solidarité. Le sport est un puissant levier d'inclusion sociale. Malheureusement, nous (journalistes sportifs ) subissons vraiment les affres de la pandémie du Covid-19. Toutes les disciplines sportives ont été suspendues alors même que le sport permet de gagner en visibilité et en rayonnement par la participation à des compétitions nationales; régionales et internationales en intégrant des instances organisatrices de jeux. Tout est au rabais. Mettant aussi les journalistes sportifs au chômage technique.
La réussite du sport professionnel repose sur le travail du sport amateur (de l’athlétisme au football en passant par le rugby, le basket et le handball), et les journalistes sportifs que nous sommes ont plus que montré notre apport manifeste à la réussite du sport béninois et à l'international. Si les grands clubs notamment européens décident de réduire drastiquement le salaire des joueurs parce qu'il n'y a plus de temps de jeu, qu'en sera-t-il de nous journalistes sportifs. C'est vraiment un cauchemar pour moi en tout cas.
Le sport doit fait partie des priorités de l’État dans la crise actuelle que nous traversons. Plus qu’une simple activité physique, le sport est un moyen de prévention sanitaire, un pourvoyeur d’emplois et un élément consubstantiel de l’identité culturelle des populations.
Enfin, dans ce contexte de lutte contre le Covid-19 , l’aide aux associations de presse sportive doit faire partie des priorités.
»

 

 

 

Fidèle AKODODJA

Rédacteur en chef de ADO FM /ADO TV

 
 

 

 

 « Je n'ai jamais imaginé qu'un virus pouvait faire arrêter toutes les activités dans le monde même le Football. Malheureusement depuis le mois de Mars tel est le cas. Au Bénin les activités sportives sont aux arrêts. Les différents championnats de football ont été suspendus.
Pour le reporter sportif que je suis, c'est dur parce que, plus de matières tangibles à traiter tant sur le plan national et international. Comme les sportifs, je suis aussi désoeuvré. C'est bien dommage. Vivement qu'une solution soit trouvée pour nous permettre de renouer avec les stades.
»

 

 

 

Jérôme TAGNON

Journaliste à la Radio Adja-Ouèrè FM

 
 

 

 

« La pandémie du coronavirus n'épargne personne et aucun secteur d'activité n'y échappe. Ici dans le département du Plateau, nous journalistes vivons également les corollaires de cette maladie pandémiologique surtout, depuis que les mesures barrières sont entrées en vigueur et appliquées dans notre pays, une situation exceptionnellement catastrophique. Des personnes habituées à exercer une profession, une activité et qui du coup, se retrouvent dans l'inactivité totale sans y être préparées, je crois que c'est vraiment dangereux. J'avoue que depuis peu, cela nous ennuie car, nous n'arrivons plus à pratiquer ce que nous savons faire. Plus de reportage et rien...
Je vous dis, même trouver des acteurs sportifs pour des entretiens devient de plus en plus difficile car, n'ayant plus d'activités et aussi, la méfiance à droit de cité... Bref, je dis que c'est vraiment triste pour notre génération de journalistes sportifs aujourd'hui. Mais, 'histoire retiendra qu'il était une fois, cette génération qui a été contraint de déposer sa plume, son clavier et son micro au détriment d'autres secteurs que le sport. Mais que les plus dynamiques on essayé de s'adapter. Confiant de ce que nous allons s'il plait au ciel retrouver nos habitudes habituelles, je vais donc inviter tous journalistes spécialistes des questions sportives à s'y adapter. Et, oui ! La leçon que nous enseigne cette pandémie et qui a conduit à la suspension de toute activité sportive nationale qu'internationale, c'est de nous habituer à d'autres genres journalistes. Et c'est vrai que nombre de confrères et d'organes nationaux qu'internationaux s'appliquent déjà, mais nous étions plus habituer aux reportages surtout ici au Bénin. Avec les conséquences de cette maladie pandémiologique, je crois qu'il serait aussi bien utile pour nous de nous approprier les autres genres journalistiques pour nos papiers et émissions. C'est aussi vrai que certains virent vers d'autres desks, mais l'essentiel est que nous ne perdions pas la main car, nous aurons à assumer notre professionnalisme dans le traitement des questions sportives, après le coronavirus.
»

 

 

 

Alassane ADAMOU

Reporter sportif à "Bénin Actualités" (Parakou)

 
 

 

 

« Depuis quelques mois le monde entier est touché de plein fouet par cette pandémie du Covid-19 qui affecte une bonne frange de la population sur la planète. C'est un virus qui est d'une vitesse de propagation immense vous le savez. Plusieurs activités sont à l'arrêt notamment dans le domaine sport où toutes les compétitions sont stoppées pour limiter les contacts entre personnes. C'est un mal du siècle qui met en péril le monde sur le plan sanitaire conduisant ainsi à une situation inhabituelle et inconfortable. En notre qualité de journaliste spécialiste du sport, nous sommes je dirai au chômage en terme d'activités. Nous avons arrêté pour l'instant nos émissions sportives d'autant plus qu'il y a désormais moins d'informations à passer pour les auditeurs. Nous utilisons la page des sports des éditions de journal de la radio pour passer le peu d'informations sportives disponibles. A situation particulière, mesures spéciales. Donc nous profitons également de ces tranches pour rappeler aux populations le respect des mesures barrières.»

 

 

 

Richard AGBENOMBA

Reporter sportif au journal "Nouvel Observateur"

 
 

 

 

« Personnellement c'est dur à tous les niveaux. Pas de compétitions, pas de matches à la télé, pas de distractions, tout est bloqué. Du coup, remplir par exemple la page sportive ou animer sa page sportive devient un véritable casse-tête. On se limite juste aux petites informations glanées çà et là, ou à écrire sur le passé ou la vie de certains athlètes. Il faut se surpasser pour y arriver. C'est vrai que c'est difficile, c'est la passion qui fait qu'on tient le coup. Sinon, honnêtement, il n'y a plus d'informations. Il faut en créer soi-même pour pouvoir satisfaire les lecteurs ou les auditeurs. On prie pour la fin de cette pandémie afin qu'on reprenne notre passion.»

 

 

 

Abdul Fataï SANNI

Journaliste au quotidien "Matin Libre"

 
 

 

 

« Je crois que cette période est la plus difficile jamais imaginée, voire vécue dans le paysage sportif béninois et international. Avec cette pandémie du Coronavirus, qui a occasionnée la suspension des compétitions sportives sur toute l’étendue du territoire national et même dans le monde, les journalistes sportifs sont réduits dans leurs activités d’informer le public sportif. Mais étant dans un organe qui paraît 5j/5, nous sommes obligés d’aller à la quête des informations. Et l’actualité du moment, malheureusement est le Covid-19 liée au sport. On essaye de donner ces informations. Comment les athlètes vivent-ils cette période? Ils se prononcent sur la pandémie, bien évidemment. On essaye d’en parler. En outre, nous essayons de réaliser de petites interviews (toutes les disciplines sportives) pouvant permettre de remplir les pages, quitte à satisfaire les lecteurs. De mon côté, à tout cela, on fait de petites analyses liées aux Vitalor Ligue 1 et 2 à travers les performances des équipes jusqu’à l’arrêt du championnat. Il faut l’avouer que ce n’est pas facile car nous sommes limités dans les informations. Mais on fait avec puisque de petites informations nous parviennent. Ce qui nous permet de satisfaire nos lecteurs. Notre souhait à tous, est que cette pandémie soit vite conjuguée au passé afin que les activités sportives se déroulent à nouveau sur les terrains, dans les stades et non dans les maisons.»

 

 

 

René José SAGBO

Directeur de Publication du site jipsportsbenin.com

 
 

 

 

« Comme vous le savez depuis quelques semaines, précisément le 17 mars 2020, les activités en général et du sport en particulier sont suspendues pour cause de pandémie du Covid-19.
Mais au niveau des médias, cette suspension ne saurait entraîner l'arrêt de notre mission, qui est d'informer nos lecteurs, même si toutes les activités au niveau de toutes les structures, voire entités de sports, sont aux arrêts.
Mais avant, un accent particulier a été mis sur le strict respect des recommandations du Gouvernement au niveau de l'équipe rédactionnelle qui consiste à l'arrêt des manifestations de groupes, surtout le respect de la mesure de l'isolement qui demande à tous les béninois de ne sortir qu'en cas d'occupations importantes. Il y a aussi la pratique des règles de précaution et d'hygiène, notamment le port du masques, le lavage systématique des mains à l'eau et au savon ou au gel hydro-alcollique, etc.
Au niveau de la rédaction sportive du site jipsportsbenin.com, le bureau directeur du groupe JIPSPORTS, sur proposition de l'équipe rédactionnelle dirigée par le Rédacteur en Chef, a entériné la feuille de route établie pour parer à la situation et toujours servir nos lecteurs. Et lorsque vous êtes le pionnier de la presse en ligne et 1er site des sports pour avoir vu le jour il y a 17ans (précisément le 30 décembre 2003), vous avez l'obligation de prévoir un menu pour tenir en haleine vos lecteurs.
C'est ainsi que nous avons privilégié d'autres genres journalistiques en dehors du compte-rendu, en l'occurrence la chronique, le portrait, l'interview et l'analyse grâce à notre équipe rédactionnelle outillée pour ce faire. C'est ainsi que depuis quelques jours, la rubrique CARNET DE SPORT naquit. Et cette chronique nous permet d'aller aux nouvelles des sportifs béninois confinés, toutes disciplines confondues (Football, Athlétisme, Karaté, Tennis, Taekwondo, etc.), qui nous racontent leur quotidien en cette période de confinement. Les autres rubriques déjà fonctionnelles sont également fournies.
Il faut signaler que les conférences de rédactions se tiennent en ligne hebdomadairement sur la plateforme de la Rédaction pour la période de confinement et extraordinairement en cas de besoin. Enfin, il faut signaler qu'au niveau du bureau que je dirige, nous mettons à profit cette période pour bien sûr préparer la reprise des activités..»

 

 

 

Site Jipsportsbenin.com, Jeudi 07 Mai 2020 (00h00mn)

 
 
 

Adresse : 03 BP 2253 - Cotonou (Bénin) Email : jipsports@yahoo.fr  

Téléphone :  (+229) 97 07 87 70 / (+229) 94 06 23 93  - Site web : www.jipsportsbenin.com